Musée du Malgré-Tout
Musée du Malgré-Tout
logo
Drop-Down Navigation: Touch-Friendly and Responsive demo by Osvaldas Valutis
expo précédente
expo suivante

Le Livre des Morts

Le manuscrit d'Any

Expo Livre des morts

Profitant de l'achèvement des travaux de la salle destinée à accueillir, au début de l'an 2001, les vitrines permanentes du Musée d'archéologie régionale, le CEDARC/Musée du Malgré-Tout a présenté deux autres expositions ayant pour thème l'Egypte pharaonique, et complétant l'exposition "Ombres d'Egypte..."

L'une de ces expositions complémentaires, intitulée le "Livre des Morts d'Ani" a été réalisée et prêtée par l'asbl Egyptologica.

Acquis en 1888 par Wallis Budge, le conservateur des antiquités égyptiennes du British Museum de Londres, le papyrus du scribe royal Ani est un exemplaire remarquable du Livre des Morts, tant par sa qualité artistique que par son exceptionnelle longueur (23 mètres).

"Le livre de sortir au jour" ou "Livre des Morts", selon l'appellation moderne, est constitué d'un ensemble de vignettes illustrées et de textes, rassemblés en chapitres et consignés sur un papyrus enroulé à proximité du défunt, à l'intérieur de son sarcophage. Ce formulaire, à usage funéraire et privé, apparaît au début du Nouvel Empire (milieu du XVIe siècle av. J.-C.) : il assure au défunt la renaissance dans le monde de l'Au-delà, grâce à la connaissance des formules magiques nécessaires pour identifier les multiples génies peuplant le monde souterrain.

Outre les chapitres contenant des prières et des hymnes, on y relève également les formules garantissant au défunt son triomphe sur les ennemis et, par là-même, sa régénération, tel le dieu solaire Rê. S'y ajoutent, en complément, des formules relatives aux amulettes protectrices.

Le chapitre 1, celui des funérailles, et le chapitre 125, celui du jugement devant Osiris, maître du monde souterrain, sont fondamentaux car ils permettent au défunt d'accéder, dans les meilleures conditions, au monde des morts. Les pharaons, quant à eux, disposaient, à l'intérieur même de leur tombe, d'autres types de textes funéraires, tels "le livre de l'Amdouat" ou "le livre des Portes".

D'après le style des peintures, on peut attribuer à l'époque du roi Sethi Ier (début XIIIe siècle av. J.-C.) la composition du Livre des Morts d'Ani. A Treignes, est présenté un fac-similé fidèle de ce magnifique témoignage de piété, reproduisant le document original, aujourd'hui exposé en trente-sept parties. Il est complété de plusieurs commentaires généraux sur les conceptions funéraires des Egyptiens de l'Antiquité.