Musée du Malgré-Tout
Musée du Malgré-Tout
logo
Drop-Down Navigation: Touch-Friendly and Responsive demo by Osvaldas Valutis
expo précédente
expo suivante

Maternité et petite enfance en Gaule romaine

Expo Maternité

Il y a 2000 ans, être enceinte n'était pas seulement une réalité biologique, c'était aussi une nécessité sociale et civique. Le fils tant attendu allait perpétuer le nom du père; la fille se préparer au mariage et à la procréation. Mais avant d'entrer dans la vraie vie, l'enfant et sa mère avaient recours aux divinités, croyances et magie afin que la grossesse et l'accouchement se passent pour le mieux et que le bébé survive. Créée par le Service d'Archéologie Municipal de la ville de Bourges, l'exposition présentée au Musée du Malgré-Tout à Treignes, s'immisce dans l'intimité de la famille gallo-romaine, révèle la condition de la femme et la place de l'enfant. A voir jusqu'au 18 décembre 2005.

À la naissance, la plupart des filles de l'Antiquité romaine ont leur vie toute tracée : elles seront mère et toujours soumises à la puissance masculine. Jusqu'au mariage, elles sont sous l'autorité du père. Ensuite, elles dépendent entièrement de leur époux, même si elles s'adonnent au commerce, à l'art, à l'économie ou encore, à la médecine. Chaque démarche et papier importants doivent recevoir l'aval de l'homme pour être reconnus. Quand l'une d'elle devient veuve, on lui nomme un tuteur. Quand une autre divorce, elle retourne, avec sa dote, vivre chez son père. Les femmes Romaines n'ont aucun droit politique et sont exclues de la plupart des pratiques religieuses. Le mariage est un acte privé. Il ne se conclut pas devant un magistrat et ne s'inscrit pas dans un registre. Dans les familles aisées, les alliances sont décidées alors que les futurs mariés ne sont encore que des jeunes enfants. Dès qu'ils atteignent l'âge légal, autrement dit 12 ans pour la fille et 14 ans pour le garçon, ils sont unis par leur père respectif. Les jeunes époux vont alors tenter de remplir leur "contrat" de mariage : avoir des enfants légitimes.

La grossesse, une maladie nécessaire...

Au début de notre ère, la conception est une histoire de femme. De plus, l'acte sexuel est rigoureusement préparé. Ainsi, les médecins antiques préconisent d'éviter la fatigue de rapports trop fréquents, de ne pas être ivre... Lucrèce - De la nature des choses, IV 1263-1267 - donne même la position idéale : "Il semble bien que ce soit dans l'attitude des animaux quadrupèdes que la femme est le plus facilement fécondée, parce qu'ainsi les germes atteignent sans peine leur but, grâce à l'inclinaison de la poitrine et au soulèvement des reins". Ces mêmes médecins considèrent la grossesse "comme une maladie, nécessaire mais désagréable, entraînant faiblesse et vieillissement prématuré". Elle se soigne avec des plantes telles que l'armoise commune pour favoriser, entre autres, les menstruations, les mauves pour précipiter l'accouchement, le lis martagon pour accroître la sécrétion lactée... Le bon déroulement de la grossesse et de l'accouchement sont aussi remis entre les mains des dieux. La diversité des rites magiques - amulettes, formules, décoctions - ainsi que des ex-voto déposés dans les sanctuaires témoignent du besoin de soutien des femmes confrontées aux incertitudes de la maternité.

Naître et survivre

Au bout de 7 voire 10 (!) mois lunaires, vient le temps de l'enfantement. Lorsque l'enfant se présente bien, la mère accouche chez elle, aidée par une sage-femme notamment. Si le bébé se place mal, en siège par exemple, un médecin est appelé en renfort. A l'arrivée de l'enfant, la sage-femme l'examine. S'il est bien constitué, elle le présente au père qui l'accepte ou le refuse. Dans ce dernier cas, le petit est soit abandonné, soit donné à une famille qui ne peut avoir d'enfant ou vendu à un marchand d'esclaves. Quand l'enfant est accepté, il prend une place considérable dans la famille. La preuve : le soin apporté aux tombes. Elles sont en effet garnies d'accessoires vestimentaires, vaisselle, jouets, amulettes... Certaines regorgent de véritables petits trésors. Les tombes sont parfois également surmontées de très jolies stèles, avec un texte gravé et/ou l'image sculptée de l'enfant. Bien entendu, la richesse des sépultures dépend du statut social et de la culture des parents. Mais quelle que soit la couche à laquelle ceux-ci appartiennent, tous sont confrontés aux mêmes dures réalités de la vie : la moitié des nourrissons meurent avant l'âge d'un an. "De multiples dangers guettent l'enfant dès la naissance", écrit Jacques Troadec, (Conservateur territorial du Patrimoine en Chef, Ville de Bourges) dans le catalogue de l'exposition (Maternité et petite enfance dans l'Antiquité romaine), "les maladies, à commencer par celles qui nous paraissent bénignes aujourd'hui, frappent cruellement jusqu'à l'âge de cinq ans et plus particulièrement au cours de la première année d'existence".

À travers une riche collection d'objets particulièrement rares - dont une quarantaine ont été mis au jour en Belgique - le Musée du Malgré-tout répond à toute une série de questions sur la femme, la mère et l'enfant dans l'Antiquité : comment est vécue l'arrivée de l'enfant ? Les mères travaillent-elles ? Comment choisit-on le nom d'un enfant ? Nourrit-on un bébé au biberon ?...

"Maternité et petite enfance en Gaule romaine" passionnera autant les grands que les petits. Les petits découvriront en effet des jouets vieux de 2000 ans, en somme les ancêtres de leurs propres voitures, animaux de la ferme, poupées, dînettes...

Cent douze objets ou ensembles objets illustrent le thème de l'exposition, provenant tant de musées belges que de musées européens, ainsi que de collections privées.