Objet du mois

Chaque mois, le Musée sort et met à l'honneur un ou des objets des réserves. Venez-le ou les découvrir chaque mois lors de votre visite. 


Voici l'objet du mois d'avril 2024
Bas les pattes ! Empreintes sur tuiles romaines !

Parmi les trésors du Musée du Malgré-Tout se trouvent des objets insolites témoignant de la « petite » histoire : des traces d’animaux gravées dans la mémoire des siècles.
Ces tuiles ont probablement été fabriquées dans la région d’Hastière avant d’être utilisées comme couverture de toit sur la villa de Roly (Philippeville) entre le 1er et 3e siècle de notre ère. Façonnées en argile, les tuiles sont préalablement séchées à l’air libre avant leur cuisson. Hors surveillance, ce temps de repos donne l’opportunité à certains animaux de venir déposer leurs empreintes, que l’on imagine indésirables : Le grand fragment présente une profonde trace de suidé (fig. 1), c'est-à-dire d’un sanglier ou d’un cochon, comme l’indiquent les deux sabots écartés et les deux ongles à l’arrière.
L’empreinte est si profonde qu’elle traverse presque l’épaisseur de la tuile. Le petit fragment présente plusieurs empreintes superposées plus difficiles à reconnaitre (fig. 2), vraisemblablement celles d’un chien. En tout cas, ce ne sont pas celles d’un chat dont les griffes sont rétractables. On pense donc à un canidé, mais la position en étoile des griffes et leur petite taille écartent le renard et le loup au profit du meilleur ami de l’homme.


Article signé : Ignace Incoul, Archéologue-Régisseur des Collections du Cedarc-Musée du Malgré-Tout !

     

Voici la suite de l'objet du mois d'avril 2024 : Les tuiles romaines

Dans notre région, les maisons romaines n’étaient généralement pas recouvertes d’ardoises. À l’époque, les charpentes étaient plutôt protégées par des tuiles fabriquées en terre cuite. On en retrouve régulièrement éparpillées lors des campagnes de fouilles archéologiques. D’ailleurs, les objets en terre cuite (poteries et objets divers) constituent l’essentiel des objets retrouvés, et les sites romains ont la particularité de contenir beaucoup de « terre cuites architecturales », TCA en abrégé.
Les tuiles romaines se composaient de deux types : des tuiles plates (tegulae en latin) qui recouvrent l’entièreté du toit, et des tuiles semi-cylindrique (imbrices) couvrant les joints des tuiles plates (fig. 3).
Au-delà du rôle de couverture, les tuiles sont parfois utiles pour dater les sites fouillés. Leurs dimensions et formes peuvent varier selon les époques et les régions, et des analyses pétrographiques aident à déterminer l’origine de la terre utilisée ; ces sites d’extraction ne se trouvent jamais très loin des tuileries et des chantiers de construction.
Les tuiles présentent de nombreux types de traces. Les plus communes sont les marques de fabrication (empreintes des moules par exemple) et la signature de l’atelier de fabrication (sous forme de poinçons imprimés). Mais les archéologues ne manquent jamais de mettre de côté les traces accidentelles imprimées par des animaux... ou des humains. Les empreintes de pieds humains ne sont pas rares, des pieds chaussés ou non, et de tous âges...

Article signé : Ignace Incoul, Archéologue-Régisseur des Collections du Cedarc-Musée du Malgré-Tout !

Coordonnées

Musée du Malgré-Tout

Rue de la Gare, 28

5670 Treignes, Belgique

Ouvert tous les jours

Lu-Ve : 9h30-17h30

W-E et fériés : 10h30-18h
Fermeture annuelle :
01/01, 24/12 et 25/12, 31/12


secretariat@cedarc-mmt.be

+32(0) 60 39 02 43

+32(0) 60 39 04 70


Places de parking et commodités pour personne handicapée. Nous acceptons les animaux.

 

Avec le soutien du CGT

541bf1cf30cde4c7bd4063bbeca13354